Outils | Conseils
Conseil de coaching: Déléguer, pourquoi pas?

Déléguer, pourquoi pas?

Un vieux gourou m'a donné ce conseil alors que j'étais coordonnateur d'un projet d'une certaine ampleur, avec sous ma responsabilité, 10 comités, 100 bénévoles et 1000 invités à satisfaire, lors d'un congrès de 3 jours :

Un coordonnateur ou un gestionnaire, ça ne fait rien, ça s'assure que tout est fait.

C'est un conseil qui m'a permis de gagner beaucoup de temps. Il m'a permis aussi de constater que d'autres peuvent exécuter certaines activités aussi bien, même mieux, que moi.

Évidemment, cela prend une bonne équipe et des gens de confiance.

En tant que gestionnaire, on doit viser à déléguer 95% des tâches qui n'ont pas un lien direct à la mission principale de l'organisme. Par exemple, le directeur d'un carrefour jeunesse-emploi (organisme de recherche d’emploi) aurait intérêt à déléguer 95% des activités reliées à la comptabilité, la création du site Web, les levées de fonds, etc. De plus, tout ce qui peut-être fait par une autre personne que le DG aurait intérêt à l’être. Évidemment, tout ce qui est dans les responsabilités des employés doit être fait par eux.

Que fait le directeur général?

Le DG ou le coordonnateur a avantage à se concentrer sur les relations extérieures, incluant les tables de concertation, les conseils d'administration, ou les rencontres avec le député ou le maire de l'arrondissement, afin de discuter des enjeux sociaux-politiques ou d'éventuelles collaborations d'affaires avec l'organisme qu'il dirige.

Comment organiser son temps de manière efficace?

Il doit aussi s'assurer de l'atteinte des objectifs de l'organisme (à l'aide d’un tableau de bord préparé par son équipe), et fixer ceux des leaders de son équipe. Mettre un peu d'énergie dans l'évaluation des ressources humaines et le développement des compétences représente un investissement payant. Finalement, exprimer de la reconnaissance et encourager son personnel, augmente habituellement l'efficacité d'une entreprise.

Qu'en pensez-vous?